3.
Bienvenue sur le site officiel de la Mairie d'Herbignac
entre Terre, Mer et Brière

Lis moi avec webReader

La technologie des potiers d’Herbignac

Le tour
JPEG - 18.6 ko

Le tour utilisé par les potiers d’Herbignac est un tour en bois ressemblant à une roue de charrette montée sur un axe. Il est d’ailleurs appelé "roue" par les potiers. Il s’agit d’un tour à bâton. Pour le faire tourner, le potier n’utilise pas le pied mais un bâton qu’il engage dans une des encoches entaillées sur les bras de la roue et il fait tourner cette roue à l’aide du bâton. Selon la taille de l’objet, le potier est obligé de relancer plusieurs fois son tour.

 

JPEG - 39.6 ko

Le tour à bâton n’est pas une spécificité des potiers d’Herbignac. Ce type de tour à été utilisé dans de nombreux centres potiers. On peut citer pour les plus proches d’Herbignac, St Jean la Poterie ou Le Fuilet. En bois ou métal, ce tour fonctionne toujours sur le même principe : il est activé à l’aide d’un bâton que le potier repose ensuite afin de pouvoir travailler.

 

Les fours

JPEG - 41.8 ko

Peu de fours de potiers sont encore visibles sur la commune. Si fin XVIIIème-début XIXème siècle, on dénombre une cinquantaine de fours répartis entre les différents villages où exercent des potiers, ce nombre va se réduire au fur et à mesure de l’abandon de l’activité. Il reste aujourd’hui à Landieul deux vestiges de fours, dits fours Dalino et four Hervoche, noms des potiers les ayant utilisés jusqu’en 1945 et un four à La Croix de Landieul, dit four Lallemand.
Ces fours ressemblent à des grosses colonnes ouvertes. Il s’agit de " fours à tirage vertical ". Adossé à un monticule de terre et de tessons de pots (la tessonière), le four possède une ouverture basse, rectangulaire qui permet d’alimenter la chambre de chauffe, et une ouverture haute (le four n’ayant pas de voûte), qui permet l’accès à la chambre de cuisson pour y déposer les pots. Pour la cuisson, le potier, une fois son four plein, obturait son four à l’aide de tessons et de mottes de terre. La montée en température se faisait progressivement, le four étant chauffé à l’aide de bourrée de "lande" (genêts, ajoncs…). Une fois atteinte la température maximale, celle-ci était maintenue pendant 1 à 2 heures, puis le potier faisait redescendre la température de son four de façon progressive.
Les cuissons étaient relativement rapides, le potier enfournant et cuisant en une journée. Surtout elles ne pouvaient se faire à haute température. La température maximale atteinte dans ces fours étant de l’ordre de 800°C. Il en résulte une terre cuite poreuse nécessitant parfois un vernissage afin d’étanchéifier les pots. Ce vernissage était quant à lui réalisé à l’aide de plomb réduit en poudre . Appliqué sur un pot (déjà cuit une première fois) en un mélange plomb, eau et bouse de vache, le plomb permettait d’abaisser le point de fusion du feldspath contenu naturellement dans la terre et on obtenait alors un vernis en surface (une fine couche de verre).Malgré les interdictions faites pour ce type de vernissage, les potiers ont continué à l’utiliser : il s’agissait là du moyen le moins onéreux pour eux pour vernir leurs pots. Il ne faut pas oublier que la poterie constituait un revenu d’appoint et que les potiers étaient une population pauvre.


JPEG - 43.8 ko

Les fours Dalino et Hervoche à Landieul. Derniers à avoir servis mais abandonnés aujourd’hui depuis environ 50 ans, ces fours se sont dégradés . Ils sont aujourd’hui l’objet d’une étude afin de trouver une solution permettant de les protéger des intempéries sans toutefois gêner leur "lecture". La réflexion porte sur le type de protection, ce type de four n’ayant jamais reçu de couverture (contrairement à d’autres types de fours à pots dans d’autres régions). L’adjonction d’une toiture pour les protéger est envisagée mais elle devra préserver la spécificité de ces fours. Dans l’attente de cette protection, le premier travail entrepris en novembre 2000 est la reprise des maçonneries.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Plan du site Mentions légales Ville Internet Ville fleurie Esperanto 1 avenue de la Monneraye - 44410 Herbignac
Téléphone : 02 40 88 90 01 - www.herbignac.com
Création graphique : Machinacom - Intégration et développement : Horslignes - 02 51 75 07 05 Groupe lca En savoir plus sur la baule et la presqu'ile : Pays-Blanc